slide-prestation-conseil-strategie
Projets collaboratifsOU Complexes

blog

L’entrepreneuriat, un débouché comme un autre après les études ?

Temps de lecture : 3'

Résumé : Dans un contexte économique en constante mutation, qui plus est perturbé par une crise sanitaire sans précédent, les étudiants s’interrogent de plus en plus tôt sur leur place dans la société et leur avenir professionnel. L’opportunité de l’entrepreneuriat devient de plus en plus prégnante.. Mais sont-ils bien préparés ?

Dans un con­texte économique en con­stante muta­tion, et per­tur­bé par une crise san­i­taire sans précé­dent, les étu­di­ants s’interrogent de plus en plus tôt sur leur place dans la société et leur avenir pro­fes­sion­nel. L’opportunité de l’entrepreneuriat devient de plus en plus prégnante..

Depuis une dizaine d’années main­tenant, les chal­lenges entre­pre­neuri­aux (hackathons et autres Start­up Week­end), les inci­ta­tions à la créa­tion d’entreprise via l’auto-entrepreneuriat ont sus­cité un réel engoue­ment pour l’entre­pre­neuri­at dans le monde étudiant.

Mais sont-ils bien préparés ? L’entrepreneuriat est-il un débouché comme un autre ??
Non. On ne naît pas entrepreneur. Entreprendre ça s’apprend ..

Ain­si, le monde académique s’est rapi­de­ment emparé de la dis­ci­pline en dévelop­pant des dis­posi­tifs et pro­grammes entre­pre­neuri­aux (pôles PEPITE à l’Université, pro­grammes spé­ci­fiques dans les écoles d’ingénieurs, les écoles de com­merce), en favorisant la créa­tion d’incubateurs péd­a­gogiques. Des critères qui con­tribuent forte­ment au rank­ing des étab­lisse­ments dans les classe­ments inter­na­tionaux.
Si ces par­cours péd­a­gogiques académiques par­ticipent au développe­ment l’esprit d’entreprendre, ce n’est pas suffisant.Session thématique Les Entrep

Par exem­ple, un pro­gramme comme Les Entrep — que j’ai implan­té et déployé durant 5 ans sur le Cam­pus de Toulouse — sen­si­bilise à la créa­tion d’entreprise par le développe­ment de pro­jets d’entreprise en équipes pluridis­ci­plinaires (toutes fil­ières con­fon­dues) dans une démarche human­iste et prag­ma­tique. Les étu­di­ants sont accom­pa­g­nés par des dirigeants d’entreprise en activ­ité tout le long du pro­gramme. Une immer­sion dans l’écosystème entre­pre­neur­ial toulou­sain leur per­met de se con­stituer de pré­cieux con­tacts professionnels.

Graines d’entrepreneurs

Une telle expéri­ence favorise l’acquisition de com­pé­tences de ter­rain et le développe­ment des soft skills (con­fi­ance en soi, curiosité, esprit d’initiative, sens des respon­s­abil­ités,..). Mais cela con­tribue aus­si à amélior­er l’employabilité des étu­di­ants et à faire naître des voca­tions intrapreneuriales.

Par­mi les plus de 300 étu­di­ants accom­pa­g­nés en 6 ans, nom­breux sont ceux qui ont aban­don­né l’idée (“ce n’est pas fait pour eux”) et ont bril­lam­ment pour­suivi dans un emploi salarié. D’autres ont ten­té l’aventure en équipe (avec ou sans suc­cès) ou bien sont devenus auto-entre­pre­neurs. Les derniers ont levé des fonds, embauché et con­tin­u­ent de croitre.

Quels que soient leur orig­ine et leur for­mat, tous les dis­posi­tifs entre­pre­neuri­aux sont donc une aubaine et un exer­ci­ce com­plé­men­taire à leurs études pour les con­duire vers un meilleur épanouisse­ment professionnel.

Un appren­tis­sage qui pré­pare les étu­di­ants à entre­pren­dre leur vie et c’est bien le chemin le plus important …